Généralités

I-3 Nécessité de la Bourse

I-3.1 Le marché financier

Le march√© financier est un des circuits de financement de l’entreprise ou de l’ Etat. Les fonds recueillis proviennent d’une mani√®re g√©n√©rale de l’√©pargne des m√©nages. Le patrimoine des particuliers est donc transf√©r√© vers le secteur productif ou le secteur public en √©change de titres.

Les banques repr√©sentent l’autre circuit de financement de l’entreprise par l’interm√©diaire des cr√©dits qui ne correspondent pas toujours √† des fonds existants, ce qui tend √† faire augmenter le volume mon√©taire qui est source d’inflation. Des mesures dissuasives sont parfois prises (haut niveau des taux d’int√©r√™t) pour limiter cette solution.

On peut diviser le marché financier en deux parties :

Le march√© primaire ( le march√© du neuf) : il correspond √† l’√©mission de nouveaux titres dans le public. Les entreprises recueillent des fonds afin de r√©aliser leurs programmes de d√©veloppement. L’√©pargne se transforme en investissement.

– Le march√© secondaire (le march√© de l’occasion) : les titres ci dessus sont soumis √† des transactions et peuvent √™tre n√©goci√©s en fonction de l’√©volution de l’entreprise au sein du syst√®me √©conomique. Ce march√© s’identifie naturellement √† la Bourse des valeurs. ¬ę¬†L’√©tat¬†¬Ľ du march√© de l’occasion (Bourse) influe donc fortement les ¬ę¬†emprunteurs¬†¬Ľ √©ventuels (Entreprises, Etat).

I-3.2 Les op√©rations boursi√®res (la contrepartie, cotation d’une valeur)

La plupart des¬†valeurs cot√©es sur la march√© parisien font¬†partie du syst√®me C.A.C. ¬†(Cotation Assist√©e en Continu)¬†: quelques valeurs (les moins actives) sont encore cot√©es hors C.A.C. Pour ces valeurs, on utilisait autrefois ¬†la m√©thode de cotation par casier. A chaque valeur susceptible d’√™tre cot√©e √©tait associ√©e un casier, les commis des diff√©rentes soci√©t√©s de Bourse d√©posaient les ordres recueillis dans le casier correspondant √† chaque valeur. Au fixing, le d√©pouillement des ordres se faisait par le sp√©cialiste de la valeur.

Aujourd’hui les valeurs peu actives sont cot√©es par la m√©thode du fixing .

¬†Lors de la cotation, tous les ordres d’achat et de vente d’une valeur donn√©e sont regroup√©s en fonction des limites de cours.

– ceux qui veulent acheter la ¬ę¬†valeur¬†¬Ľ √† un cours bien d√©fini, seront pr√™ts √† l’acheter moins cher.
– ceux qui veulent vendre la ¬ę¬†valeur¬†¬Ľ √† un cours bien d√©fini, seront pr√™ts √† la vendre plus cher.
On peut reporter dans un tableau les titres demand√©s (ordres d’achat) et les titres offerts (ordres de ventes), par exemple :

cotation

Le cours cot√© est celui qui permet le plus grand √©change de titres. La cotation dans cet exemple se fera √† 55,55 ‚ā¨. Les demandes ou les offres limites √† 55,55 ‚ā¨ sont dites √† ¬ę¬†cours¬†touch√©s¬†¬Ľ. Les ordres portant sur 250 titres ne pourront √™tre ex√©cut√©s puisque √† une demande de 6950 titres correspond une offre limit√©e √† 6700 titres. Le nombre de titres √©chang√©s sera de 6700.